Mama Shelter :
un nouvel idéal de l’hospitalité

26.11.2018

HP-mama-shelter-lyon-reception

HP-mama-shelter-lyon-reception

Partager sur :

9 villes, 6 pays, 9 restaurants, 1 156 chambres… Mama est partout et s’occupe de tout ! Créateur de lieux de vie et metteur en scène au quotidien, la marque s’implante au cœur des plus belles villes à travers le monde pour vous offrir un refuge urbain à la fois moderne et plein d’esprit, mais aussi chaleureux et sexy. Skift vous dévoile la recette de son succès dans son rapport « European Hospitality’s Creative Renaissance ».

Après avoir analysé les piliers de l’hospitalité en Europe, puis décrypté le concept hybride JO&JOE, Skift s’intéresse à Mama Shelter. Cela tombe bien, Mama adore être sous le feu des projecteurs !

Mama raconte l’histoire de ses villes

« Mama Shelter » … Un nom qui peut surprendre ! Pourtant, comme l’explique Serge Trigano, fondateur de la marque, il n’a pas été choisi au hasard. « L’abri, ‘shelter’ en anglais, nous protège de la ville, explique-t-il. ‘Mama’, la maman, est la personne qui nous aime le plus au monde. C’est celle qui anticipe nos besoins, quels qu’ils soient. »

La marque, lancée à Paris en 2008, compte aujourd’hui 7 adresses en Europe, une propriété à Los Angeles et une autre à Rio de Janeiro. Philippe Starck a designé tous les établissements Mama Shelter français. Dans les autres pays, d’autres architectes et designers de renom ont été invités à interpréter l’esprit des lieux. Tous les Mama Shelters sont pensés comme des communautés urbaines à prix modérés, destinées aux nouveaux nomades hyperconnectés, quels que soient leur âge, leurs revenus et leur nationalité. Ce sont des havres de paix, qui allient le confort du « comme à la maison » aux prestations incontournables de l’ère numérique.

Une double expertise d’hôtelier et de restaurateur

En développant les premiers Mama Shelters, Serge Trigano a ainsi travaillé en partenariat étroit avec Philippe Starck pour créer des « lieux inclusifs, où les habitants et les voyageurs aiment se réunir pour ressentir l’énergie de la ville ». Par ailleurs, « Mama Shelter est un lieu fait pour le confort, où l’on se sent en sécurité, même pour venir boire un verre en solo. » Le design est « simple, mais sexy. Dans les chambres, les principaux investissements sont une literie et du linge de lit de qualité. » Comme le dit

Damien Perrot, SVP Design and Technical Services chez AccorHotels : « C’est une marque de moyenne gamme : il n’est pas nécessaire de surcharger les chambres. À nous de créer une expérience forte en misant sur le minimalisme. Nous investissons davantage dans les espaces publics, car c’est là que tout se joue. La philosophie retenue pour le design des différentes propriétés consiste, selon lui, « à créer la surprise dans les petits détails, qui ne sont pas forcément chers, mais éclectiques et amusants. » C’est notamment cette envie de fantaisie qui a incité AccorHotels à s’associer à la marque en 2014.

Mama Shelter, Bordeaux (France)

D’après Gaurav Bhushan, Global Chief Development Officer AccorHotels « la nouveauté, c’est que Mama Shelter réunit différents éléments de l’hôtellerie dans le cadre d’un concept unique. L’expérience client est très différente de celle d’un hôtel classique. On y trouve une offre de restauration à prix abordable. Les employés disposent d’une grande marge de manœuvre dans l’interaction avec les clients, sans toutefois dépasser les limites de la familiarité. Et il y a la musique, le design, les boissons… Mama Shelter réunit tous ces éléments essentiels d’une façon unique, dans un souci de cohésion, avec décontraction et bonne humeur. »

En effet, la restauration, les boissons et le divertissement (ou FB&E - Food Beverage & Entertainment, comme les appelle Serge Trigano) sont tout aussi importants que les chambres. Chaque propriété dispose d’un bar et d’un restaurant correspondant aux attentes d’aujourd’hui. Certains disposent d’une cuisine ouverte, d’autres de tables communautaires, et des espaces pour accueillir des concerts.

Ces différents lieux sont pensés pour être pleins de vie et de nouveauté. Toutefois, comme le dit Serge Trigano, ce sont les collaborateurs qui parlent de l’ADN de la marque mieux que quiconque. « De nombreuses marques hôtelières pensent que le design est la clé du succès, mais ce n’est pas suffisant. Nous voulons un design agréable, bien sûr, mais l’essentiel est de trouver du personnel qui a de l’énergie, qui établit le lien avec les clients, qui parle la langue des visiteurs, etc. Après tout, la première chose dont se souviennent les clients, c’est la qualité de l’accueil. La restauration vient ensuite, puis, enfin, le design. »

Téléchargez le rapport complet « European Hospitality’s Creative Renaissance » ici.

TAGS :